Nuevo

Batailles & Blindés N°100

N.º de producto: B&B100
8,50
Reducciones de precio

DOSSIER SPÉCIAL : 100 ANS DE BATAILLES DE CHARS

 

- Villers-Bretonneux et Niergnies-Séranvillers, 1918

Surprise et improvisation

Si les chars sont apparus en 1916 sur les champs de bataille, il faudra attendre deux ans pour que le premier combat entre ces mastodontes d’acier ait lieu. Nous sommes alors à des antipodes des énormes affrontements du second conflit mondial, alors que le char en lui-même n’a pas été véritablement prévu pour contrer ses homologues adverses mais pour faciliter la progression de l’infanterie. En fait, à la fin de la Grande Guerre, le char est dans l’esprit des penseurs alliés bien plus un outil supplémentaire pour détruire les obstacles du no man’s land qu’un véritable moyen de choc.

- Hannut, 1940

La première déconvenue allemande

À partir de l’invasion allemande de la Pologne, l’état-major français commence à envisager une opération défensive en Belgique dans le cas d’une progression allemande à travers le pays, comme en 1914. Ce plan, passé à la postérité sous le nom de « Dyle-Breda », doit permettre la jonction des meilleures unités françaises (et britanniques, dans une moindre mesure) aux armées belge et néerlandaise afin d’établir une ligne principale de résistance (LPR). Cette tâche est confiée au groupe d’armées n°1 (GA 1) du général Billotte, et plus précisément à deux DLM (divisions légères mécaniques) dirigées par le général Prioux… qui vont se retrouver face à deux Panzer-Divisionen.

- Doubno-Brody, 1941

La bataille oubliée

Le 23 juin 1941, alors que les Allemands déferlent sur l’URSS depuis la veille, la STAVKA émet sa directive n°3 ordonnant une contre-attaque. Le général Kirponos, à la tête du Front du Sud-Ouest, est chargé de la mener dans le secteur de Doubno-Brody, au nord de Ternopil, en Ukraine. Dépassée par les événements, la STAVKA ne sait pas que ses renseignements sont imprécis et se prépare donc à lancer six corps mécanisées soviétiques (soit près de 3500 blindés) contre le Panzergruppe von Kleist…

- Arracourt, 1944

Le sursaut allemand

À la fin de l'été 1944, l'US Army atteint la Moselle, dernier obstacle majeur avant le Rhin – et l'Allemagne. La 4th Armored Division du XII Corps s'installe dans la région d'Arracourt après avoir franchi le fleuve... Sans savoir qu'elle va avoir, face à elle, deux Panzer-Brigaden de la 5. Panzerarmee prêtes à lancer une offensive pour repousser les Américains de l'autre côté de la Moselle. Malgré les moyens déployés, les Américains parviendront à se maintenir sur le terrain dans ce qui va être la plus grande bataille de chars sur le théâtre occidental du conflit.

- Khem Karan et Chawinda, 1965

En plein cœur de la guerre indo-pakistanaise

Les batailles de Khem Karan et de Chawinda marquent les points d’orgue de la brève mais violente seconde guerre indo-pakistanaise de 1965. Considéré par nombre d’observateurs avertis comme la plus grande bataille de chars depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce double affrontement va voir s’opposer 1 700 machines indiennes à plus de 600 engins pakistanais !

- Le plateau du Golan, 1973

La « Vallée des Larmes »

Le 6 octobre 1973, début du Yom Kippour, l'enfer s'abat sur le plateau du Golan où se sont retranchées plusieurs unités israéliennes. Après un barrage d'artillerie, les chars syriens s'élancent à l'assaut pour un combat qui va durer trois jours. La 7e division d'infanterie syrienne, soutenue par plus de 500 véhicules blindés, compte balayer sans problème la brigade blindée du général Ben-Gal... Mais l'assaut va tourner en massacre pour les Syriens.

- 73 Easting, 1991

Coup de chaud dans le Golfe

Le 26 février 1991 au soir, alors que l’opération « Sabre du désert » est lancée depuis deux jours, une centaine de chars irakiens brûlent dans le désert au sud-est du pays, près de la frontière avec le Koweït. Au lancement de l’opération, les blindés du 2nd Armored Cavalry Regiment et de la 3rd Armored Division foncent sur la garde républicaine, la fine fleur de l’armée irakienne, et réalisent un véritable carnage en l’espace d’à peine 24 heures…

+ Heavy Tank T26E3 versus Panzer VI Ausf. E Tiger I

Quand le vainqueur perd !

En dépit de l’insupportable supériorité technique du Panzer V Panther par rapport au Medium Tank M4 Sherman, l’US Army ne déploie qu’une vingtaine de Heavy Tank T26E3, au sein de la Zebra Force et répartis à parts égales entre les 3rd et 9th Armored Divisions, au début de l’année 1945. Date à laquelle la défaite du III. Reich ne fait plus guère de doute, hormis peut-être dans l’esprit de certains dignitaires nazis. Pour les Américains, l’engagement de ces chars lourds est plus destiné à tester des matériels en conditions réelles que de peser sur l’issue des batailles. Dans les faits, ces blindés ne rencontrent que peu de Panzer et ils remplissent presque exclusivement des missions d’appuie-feu pour l’infanterie. Mais la Panzerwaffe peut encore donner quelques coups de griffes !

+ Achtung Panzer !

Les enseignements de Heinz Guderian

Publié en 1937 en Allemagne, Achtung Panzer ! est le résultat d’un long travail mené par Heinz Guderian sur le rôle des forces blindées dans la guerre moderne. Il y décrit les techniques d’emploi nécessaires, les caractéristiques techniques et l’avancée des principales armées européennes dans le domaine. C’est en grande partie grâce à ces principes que l’Allemagne nazie mettra l’Europe à genoux dès 1939 et que les Panzer-Divisionen deviendront ensuite un terrible outil entre les mains de généraux compétents. Pour la première fois depuis sa publication en langue allemande, Achtung Panzer ! va être disponible en langue française. Mais plongeons au sein de ce livre fondateur…

+ Le 11th Armored Cavalry Regiment au Vietnam

L’innovation américaine

Les blindés n’ont pas leur place dans la jungle ! Tout le monde le sait, sauf leurs équipages et les officiers qui les commandent. C’est pour cela que leur présence est souvent déterminante sur l’issue favorable d’un combat en forêt tropicale. Le 11th Armored Cavalry Regiment est une de ses innovations militaires lors d’un conflit mal maîtrisé. Mêlant cavalerie, chars, appui aérien, l’unité va poser les bases d’une technique de combat totalement novatrice.

+ Actus

La Turquie ne parvient pas à produire son char « Altay »
• Rheinmetall présente un robot terrestre pour des missions de reconnaissance
• Le Tiger II de La Gleize
• 626 millions d’euros pour moderniser ses Bradley. La Croatie à l’heure du choix
• Musée d’histoire militaire du Viêt Nam. Souvenirs de guerre
• Actualités du livre

Examine esta categoría: Página de inicio